Grossesse : les bienfaits du sport

Faire du sport enceinte, l'idée n'est ni farfelue ni risquée. Elle est même vivement conseillée, sauf cas exceptionnels. Quel sport choisir et quelles sont les contre-indications ? Les bénéfices ? Quels sont les sports à exclure ? Suivez les tous les conseils pratiques de Ma bonne fée.

bénéfice sport .jpg

Les bénéfices

Sport et grossesse est loin d'être évident pour la plupart des femmes enceintes. Dès lors qu'elles se savent enceintes, beaucoup ralentissent voire arrêtent toute activité physique ou sportive. Un tort, selon les professionnels de santé. Cela permet :

 

 

  • Maintenir et d'entretenir sa musculature abdominale, se sentir mieux (favorise l'équilibre psychologique) et de chasser le stress et l'anxiété
  • Mieux récupérer au niveau du périnée après l'accouchement
  • 30 minutes par jour 3 fois par semaine est l’idéal

Il faut choisir une activité adaptée à l'évolution de la grossesse et ce, jusqu'à la fin du 3ème trimestre. Aucun symptôme ne doit apparaître (essoufflement, mal de tête, contractions utérines…). N'hésitez pas à demander conseil à votre médecin.

Vous allez en ressentir les bénéfices et votre état de santé va se maintenir :

  • Mieux-être physique et psychologique

  • Diminution des symptômes veineux et de la pathologie vasculaire (œdèmes, jambes lourdes, varice, thrombose, notamment par la natation)

  • Moins de lombalgies

  • Prise de poids limitée (retour au poids antérieur à la grossesse dans l'année)

  • Prévention et traitement du diabète gestationnel

A noter : plus l'activité physique a été importante avant la grossesse, plus les bénéfices se feront sentir.

prudence.jpg

Les contre-indications

Prudence cependant. Il existe en effet des contre-indications et des sports à proscrire.

Lors du suivi de grossesse, certaines contre-indications pourront empêcher toute pratique sportive quelle que soit l'activité :

 

 

  • Rupture des membranes
  • Perte de liquide amniotique

  • Retard de croissance intra-utérin

  • Béance cervico isthmique (cerclage)

  • Placenta praevia

  • Hypertension gravidique et prééclampsie

  • Grossesse multiple

  • Maladies cardiovasculaires et/ou pulmonaires graves

Sécurité : En cas d'antécédents de prématurité, d'anémie sévère, de malnutrition, de troubles cardiovasculaires ou respiratoires légers ou modérés, le médecin évaluera au cas par cas le rapport bénéfice/risque de la pratique d'une activité.

À partir de la 20e semaine, les sports exigeant la position sur le dos (en décubitus dorsal) sont proscrits pour éviter de comprimer la veine cave produite par le développement utérin.

sport_kstrim_8654.jpg

Les sports à exclure

En règle générale, il faut éviter les risques de perte d'équilibre, de chute et les traumatismes. Il faut donc exclure :

  • Les sports de contact et les sport collectifs : comme le basket, le handball, le beach-volley, le hockey, le football etc.
  • Les sports de combat  : comme la boxe, la lutte, le judo, le karaté, le taekwondo, les arts martiaux en général.

  • Les sports à fort risque de chute : équitation, ski alpin, planche à voile, surf, patinage, VTT, escalade, cyclisme .

  • Les sports d'endurance pratiqués de manière intensive.

 

 

 

A noter : la plongée sous-marine avec bouteille qui est strictement interdite (risques de fausse-couche, décollement placentaire, retard de croissance foetale ou prématurité). Sachez aussi que commencer un sport intensif est déconseillé.

sport femme enceinte .jpg

Les sports conseillés

La natation : Mêlant détente et activité sportive, c’est un sport complet qui fait travailler toutes les grandes chaînes musculaires, améliore le retour veineux et diminue le risque d'oedème. Idéal en terme de bien-être jusqu'à l'accouchement. Pour la future maman, la sensation d'être portée, surtout au 3e trimestre de la grossesse, apporte une vraie détente.

Le yoga : un accompagnement propice à la prise de conscience du corps, très ressourçant et tonifiant lorsque les modifications corporelles et psychologiques s'intensifient.

La gym douce ou d'entretien (sauf exercices allongés à partir du 4ème mois) et renforcement musculaire sont autorisés. A condition d'adapter la séance à l'avancement de la grossesse en commençant et en s'arrêtant en douceur.

À chacune de trouver l'entrainement qui lui fait du bien en fonction de ses aptitudes. Un seul impératif : restez toujours à l'écoute de vos besoins et de votre corps.